L’accord de Kigali pour une réduction des hydrofluocarbures

L’environnement est actuellement au centre des préoccupations. Que ce soit pour les particuliers ou les gouvernements, cela est primordial étant donnés les impacts que cela peut avoir. Dernièrement, c’est l’accord de Kigali qui attire l’attention face à la lutte pour la protection de l’environnement. Zoom sur les points importants de cet accord, ses répercussions ainsi que les bénéficient qu’il permet grâce à son utilisation.

Les circonstances de la négociation

L’accord de Kigali a été mis en avant depuis plusieurs années. En effet, les négociations n’ont pu se faire qu’au bout de 7 années. Tout s’est fait à Kigali au Rwanda pour que les différentes nations puissent trouver un terrain d’entente sur les bonnes manières de réduire l’HFC. Les négociations tournaient à la fois par rapport à la consommation et à la production de ces substances tant utilisées. Il s’agissait alors d’une décision importante car elle a un impact conséquent sur les GES.

Les impacts de l’accord

Suite à l’accord de Kigali, différents programmes ont été instaurés. Ces derniers reposent sur trois types de planning selon le degré de développement des pays en question. Pour les pays développés, le planning débuterait en 2019 pour une baisse de 10% sur les HFC sur leurs consommations et production de 2011 à 2013. Le résultat augmentera selon les années et sera de 45% pour 2024 et de 85% en 2036. Des pays comme l’Amérique, la Chine, le Brésil, l’Afrique du sud ainsi que l’Argentine sont d’ailleurs touchées par cet effort. En ce qui concerne les pays comme l’Inde, l’Irak, le Pakistan, l’Iran, et autres, la réduction se fera plus graduellement. Les premiers résultats ne seront constatés qu’en 2028 avec une baisse de 10%, en 2042 pour 30% et en 2047 pour 85%.

Les avantages face à cet accord

En ce qui concerne la communauté internationale, l’accord de Kigali est tout simplement bénéfique. En effet, cette dernière pourrait en l’occurrence limiter les émissions de CO2 qui sont la cause de nombreux soucis. C’est également une alternative pour mettre en avant les produits plus écologiques. Ces dernières sont encore peu connues mais seront désormais plus remarquées à cause de cette diminution. Même si ces avantages ne seront alors visibles que d’ici quelques années, la signature de l’accord Kigali est déjà un bon début. Il est vrai que c’est déjà un grand pas vers la protection de notre environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *